jeudi 7 septembre 2017

LE MARDI 12 SEPTEMBRE : TOUTES ET TOUS MOBILISES POUR NOS DROITS ET LES GARANTIES COLLECTIVES















Le 12 septembre est une journée nationale de mobilisation du monde du travail 
à l'appel de la CGT, Solidaires, l'UNEF et la FSU


Le SNASUB-FSU Bordeaux vous invite à participer 
aux mobilisations du 12 septembre

POUR NOS DROITS ET GARANTIES COLLECTIVES,
NE LAISSONS PAS FAIRE LA REGRESSION SOCIALE

Les rendez-vous dans nos départements

En Dordogne                                          En Gironde                                  Dans les Landes
Périgueux 10h30                                      Bordeaux 11h00                  Mont de Marsan 10h00
Palais de Justice                                       Place de la République                 Place des Arènes

Bergerac 15h00
Palais de Justice

Dans le Lot-et-Garonne                                                    Dans les Pyrénées-Atlantiques
Villeneuve-sur-Lot 9h30                                                                                Bayonne 10h30
Hôtel de ville                                                                                            Place sainte-Ursule

Agen 10h00                                                                                                         Pau 10h30
Place de la préfécture                                                                                 Place de Verdun


Les mesures prises par le gouvernement cet été confirment la volonté d'accentuer la politique d'austérité déjà en œuvre dans notre pays mettant à mal les solidarités et le fonctionnement des services publiques. Comme c'est le cas par exemple par la baisse des APL et la suppression des contrats aidés.

La réforme du Code du travail sans débat démocratique digne de ce nom est lourde de conséquences.
Le contenu des ordonnances organisant la contre-réforme du Code du travail confirme ainsi les craintes exprimées depuis le début de l'été par les organisations syndicales. Par exemple :
  • La fustion des instances représentatives (CE, CHSCT) dans les entreprises de plus de 50 salariés ;
  • Une « négociation » sans présence syndicale dans les entreprises de moins de 20 salariés ;
  • La primauté des accords d'entreprise, même plus défavorables, sur les accords de branche dans des domaines de plus en plus étendus (primes, indemnités, congés maternité...) et des accords de branche sur la loi pour la durée et le nombre des CDD et les contrats « de chantier » (pour la durée d'une mission) qui pourront ainsi s'étendre à tous les secteurs ;
  • Des contrats « de chantier » qui seront en réalité des CDD sans prime de précarité ;
  • Le plafonnement des dommages et intérêts pour licenciement abusif.
Il s'agit bien pour le gouvernement de poursuivre en l'aggravant la destruction des garanties collectives construites par des décennies de lutte, sur le modèle des contre-réformes allemande ou italienne avec le résultat que l'on sait sur l'important développement de la précarité au travail dans ces pays.
La hausse de la CSG n'épargnera pas non plus les retraités qui verront leur pouvoir d'achat diminuer.

Ce pouvoir a décidé de s'attaquer également à la fonction publique et à ses agents et les annonces sont aussi particulièrement brutales. Par exemple :
  • Baisse de la dépense publique de 20 millions d'euros ;
  • Suppression de 120 000 postes de fonctionnaires ;
  • Suppression de 149 000 contrats aidés, sans compensation par des créations de postes ;
  • Coupe de 331 millions d'euros dans le budget de l'enseignement supérieur et de la recherche ;
  • Accentuation des rémunérations au mérite ;
  • Gel du point d'indice ;
  • Rétablissement de la journée de carence ;
  • Augmentation de la CSG sans garantie de maintien du pouvoir d'achat ;
  • Menace d'une possible remise en cause de la revalorisation liée au PPCR qui constituerait une trahison des engagements de l'Etat et du dialogue social.
Les attaques contre les services et la fonction publique et contre le code du travail sont les deux faces d'une même politique libérale et austéritaire.

La FSU et le SNASUB-FSU proposent aux autres organisations syndicales, pour qu'elle soit la plus unitaire possible, une journée d'action en octobre.