lundi 9 mars 2015

La décision de profiler les postes de Fondés de pouvoir sur l’académie de Bordeaux, Histoire d’une concertation déconcertante…

Dans la note du rectorat de Bordeaux en date du 03 mars 2015 relative au mouvement académique des personnels administratifs, les postes de catégorie A fondés de pouvoir sont publiés pour la 1ère fois en postes profilés. Désormais pour être nommé sur un tel poste, il faudra donc, outre l’enregistrement de sa candidature sur AMIA,  envoyer simultanément un CV, une lettre de motivation et prendre contact téléphoniquement ou par mail avec la DEPAT pour être auditionné. Les modalités précises d’organisation de ces auditions ne sont pas encore connues…
Pour le rectorat, cette mesure s’inscrit dans la continuité de la décision de profiler les postes d’agents comptables. Est invoqué ici comme argumentaire la sécurisation et la professionnalisation des agences comptables.
Bien entendu, notre organisation syndicale s’est toujours prononcée contre un tel profilage et le syndicat AI jusqu’alors également (même si nous ne connaissons pas actuellement leur positionnement vis-à-vis de ce sujet). Or, lorsque ce point a été évoqué en groupe de travail du 06 mars 2015, Mme JOLIAT (la Secrétaire Générale du Rectorat) a réagi vivement à l’expression de « passage en force » estimant que ce terme n’était pas approprié. La Secrétaire Générale a indiqué que les organisations syndicales ont été concertées. Elles ont rejetées cette proposition et par conséquent, il a fallu trancher et décider contre leur avis. Voila donc une concertation pour le moins inaboutie et  éloignée de sa finalité première, à savoir créer un processus de dialogue dont le but est de parvenir à des propositions acceptées par toutes les parties impliquées… A cela, il faut ajouter d’ailleurs que les organisations syndicales ont appris la nouvelle en lisant la note relative au mouvement académique !

Quoiqu’il en soit, comment ne pas être indigné par une telle décision qui encore une fois permet de passer outre les éléments de barème visant à départager les candidats au profit exclusif du profil. Le profilage des postes limite les possibilités de postuler sur tout poste de son corps et réduit le rôle des CAPA. S’il n’y a pas de réaction et de mobilisation forte de notre profession face à cette décision, le danger pourrait se profiler à terme d’une généralisation des postes à profil signant la fin de la mobilité sur la base des barèmes.
Pour précision, lors du mouvement intra-académique de 2014, sur 23 mutations réalisées, 8 concernaient des postes de fondés de pouvoir et 3 des PRP…

Thierry Pousson
Responsable EPLE SNASUB/FSU Aquitaine
Commissaire paritaire des AAE