vendredi 30 mai 2014

Faut-il s'inquiéter pour l'avenir du CAMMI ?

Question posée à madame la secrétaire générale du rectorat de l'académie de Bordeaux en clôture de la CAPA des AAE, le 28 mai 2014

Exposé du problème :
La DSI 4 (Scol-téléservices) est composée de 38 personnes et regroupe les services du Centre Relais Informatique Académique (CRIA) et du Centre Académique de Maintenance Matérielle Informatique (CAMMI). Le CRIA intervient principalement sur l'assistance applicative (logiciel sconet, GFC, ...) et le CAMMI (19 techniciens sur le terrain) intervient sur site pour l'installation des appareils, mise en réseau, paramétrage des serveurs, etc.

Depuis 2012, la Région Aquitaine a commencé à déployer sur son territoire des ELIB (Equipe Locale Informatique Bureautique) dont le maillage du territoire est aujourd'hui en voie d'être achevé.
La collectivité s'inscrit ici pleinement dans le cadre des articles 21 et 23 de la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République qui stipule que « l'acquisition et la maintenance des infrastructures et des équipements, dont les matériels informatiques et les logiciels prévus pour leur mise en service, nécessaires à l'enseignement et aux échanges entre les membres de la communauté éducative sont à la charge de la région ou du département».
Ces nouveaux agents territoriaux des ELIB constituent donc l’échelon informatique de proximité au service des lycées publics de la Région. Quid alors du CAMMI dont les techniciens ont un champ de compétence en partie similaire ?
Il nous semblait important dès lors de s'inquiéter publiquement du sort de ces techniciens qui sont à nos côtés, certains depuis plus de 10 ans, et qui nous assistent encore et toujours avec beaucoup de professionnalisme et de compétence.

Réponse de madame la secrétaire générale :

Mme JOLIAT, secrétaire générale du rectorat, s'est étonnée de cette question et s'est voulue rassurante. Elle nous a indiqué que la DSI avec les services des conseils généraux et du conseil régional travaillait pour la fin de l'année 2014 à la rédaction d'une convention commune définissant notamment des solutions de partage de tâches. Elle a indiqué en ce sens que si la maintenance informatique est transférée aux collectivités, l'assistance reste du ressort de l'Etat. Pour Mme JOLIAT, il n'est pas question de supprimer les emplois du CAMMI.

Bien entendu, nous continuerons à suivre ce dossier pour s'assurer que les collègues techniciens puissent trouver toute leur place dans le nouveau dispositif.


Les commissaires paritaires AAE du SNASUB/FSU Aquitaine

Thierry Pousson

Hélène DESTREM